Témoignage de Maud, paysanne et fière de l’être.

Témoignage de Maud, paysanne et fière de l’être.

Aujourd’hui, chez Polymères, nous accueillons Maud, paysanne et fière de l’être. Maud nous raconte ici son travail, quels ont été ses choix professionnels et un peu fous.

Je suis admirative de son changement de cap et de ses choix courageux et engagés, à l’heure où les consommateurs sont de plus en plus avertis et exigeants sur la qualité de ce qu’ils mangent.

Maud a choisi, entre la raison (vie ordinaire, congés, salaire fixe…) et la passion (entrepreneuriat, sacrifices, amour…) et nous explique le pourquoi du comment.

Je vous laisse découvrir notre conversation.

Présentation rapide

Maud, 36 ans, mariée depuis 2009, 3 filles (Cerise 9 ans, Zélie 7 ans, Philomène 4 ans).

portrait de Maud, mère de famille et agricultrice

Situation professionnelle

Femme de paysan, et fière de l’être !

Ceux qui me connaissent savent que je ne cours pas tous les jours derrière les vaches, et que je ne conduis aucun engin agricole… Donc je suis une demie Paysanne. Je suis plutôt du genre à œuvrer en coulisse : gestion, compta, vente directe , préparation des colis,  gestion des stocks, communication, marketing… mes journées sont bien occupées.

On n’imagine pas le back office d’une exploitation agricole, en tout cas si on veut que ça marche ! 

Parcours

8 ans d’expat (Allemagne, Indonésie) de 8 à 16 ans. J’ai eu mon bac grâce aux langues. Je me suis inscrite en LEA, faute de savoir ce que je voulais vraiment. J’ai abandonné au bout de 2 mois. 

J’ai poursuivi sur un BTS Assistante de direction, avec des stages passionnants et une licence en communication et marketing. 

J’ai obtenu mon premier poste (Assistante marketing) chez Pierre Fabre (laboratoire dermo-Cosmétique) pour Elancyl et Galénic. C’est là que j’ai tout appris, en particulier la rigueur

Quelques mois avant notre mariage et suite au licenciement de Guillaume, nous avons décidé de reprendre l’exploitation familiale située dans l’Allier (Guillaume était de toute façon destiné à reprendre la ferme un jour ou l’autre)

Nous étions bien insouciants ! Mais nous avions besoin d’un vrai projet de vie, de donner du sens à notre vie. Nous avons beaucoup bougés tous les 2 (Guillaume, fils d’amiral), et nous avions aussi vraiment besoin de poser nos valises, de nous enraciner quelque part. Mais par dessus tout, je voulais que Guillaume soit heureux dans son travail, ce qu’il  n’aurait pas été derrière un ordinateur. 

La genèse du projet?

En arrivant dans l’Allier, j’ai travaillé pour L’oréal, Louis Vuitton… J’adorais ce que je faisais.. C’est après la naissance de Zélie, en 2013, que j’ai commencé à vraiment aider Guillaume. Jusque là, je n’étais pas prête à m’investir dans l’exploitation. Mais que faire d’autre face aux galères qui s’enchaînaient sur la ferme, la conjoncture agricole catastrophique, les sécheresses à répétition?

 J’ai décidé d’aider Guillaume d’abord dans les ventes directes. 2013-2017 sont pour nous synonymes d’années très difficiles, d’épuisement : j’ai pris un job alimentaire à mi-temps, tout en m’occupant des filles et de la ferme. Parallèlement, nous rénovions un corps de ferme pour que nous puissions habiter sur l’exploitation. Malgré tous nos efforts, les résultats étaient peu encourageants. 

Après la naissance de Philomène en 2016, et la fin du chantier en 2017, la question se posait: arrêter ou continuer. On a décidé de se battre, avec une échéance : Fin 2019 ! Je n’ai donc pas repris de boulot à l’extérieur, l’objectif étant de consacrer tout mon temps à essayer de remonter l’exploitation, en restant disponible pour les filles. 

Aujourd’hui, nos efforts commencent à payer et nous sommes fiers du chemin parcouru. Nous sommes entourés d’une vrai communauté (nos clients)  et surtout d’une famille incroyable ! 

Je crois que nous avons traversé le pire mais que le meilleur reste à venir même si les défis sont multiples. 

présentation de la famille de Maud, propriétaire de l'exploitation agricole Domaine de Bellecour

Présentation de votre exploitation

Installés depuis 2010, au sein de l’exploitation familiale située sur la commune de Seuillet (03), nous sommes spécialisés dans l’élevage de Highland cattle  (race écossaise), et porcs plein air. 

La Highland est une vache très rustique qui permet un élevage en plein air toute l’année. Elle est également reconnue pour la qualité et la saveur de sa viande dont le goût est particulièrement relevé…

Nous pratiquons une agriculture de bon sens, soucieuse du bien-être et de l’alimentation de nos animaux et privilégions la qualité à la quantité. 

Nous défendons les 4 M : Manger Moins Mais Mieux. 

Vous êtes soucieux de l’origine de la viande que vous consommez ? Vous avez bien raison ! Ainsi, vous êtes garantis de l’origine des produits que vous consommez et vous assurez un meilleur revenu aux producteurs.

Nous commercialisons nos produits par le biais de la vente directe.  Nous proposons des colis de viande de bœuf et porc composés d’un assortiment de morceaux sous vide, livrés par nos soins :  Paris XVe Paris  XVIIe – Versailles- Lyon -Chantilly -Toulon.

Nos seuls  intermédiaires sont L’abattoir et le laboratoire de transformation, respectivement choisis pour la qualité et la fiabilité de leur prestation. Nous nous portons donc garants de la qualité et de la traçabilité de la viande que vous consommez.

Avantages et inconvénients du statut choisi

Je suis salariée (mi-temps mais en réalité un temps plein)  depuis janvier 2020. Jusque là, la ferme pouvait à peine assurer un salaire. 

C’est une vrai victoire pour nous. j’ai travaillé bénévolement pendant 3 ans. L’objectif est de pouvoir embaucher un salarié à mi-temps d’ici 2 ans pour soulager Guillaume. 

L’avantage, c’est que je traverse la cours pour aller travailler, et que de mon bureau, j’entends les filles jouer dans la cour de récré. 

L’inconvénient: la solitude et l’isolement (la vie à la campagne)

Comment te fais-tu connaitre?

Le bouche à oreilles: Tout est parti d’un croisement de réseaux familiaux et professionnels. 

Aujourd’hui, notre clientèle est très différente (notamment grâce aux réseaux sociaux) : plus jeune, plus engagée, soucieuse de l’origine des produits qu’elle consomme,  et consciente que les circuits-courts assurent un meilleur revenu aux agriculteurs. 

Pour vous inscrire à notre newsletter et être au courant de toutes nos livraisons et des colis de saison, nous vous invitons à aller sur notre site internet www.domainedebellecour.fr

Nous sommes aussi sur Facebook et Instagram @lahighlandteam

Routines/organisation au quotidien

Un principe: Ne remets pas au lendemain ce que tu peux faire le jour même

Mes journées de travail sont assez courtes (9H30-16h00) donc efficacité maximum : Au bureau, j’essaie de ne pas passer plus de 25 min sur une tâche pour avancer le plus possible. 

Je ne suis pas une maman HYPRA organisée ou du moins mon organisation est assez ordinaire (par contre j’aime l’ordre !) mais j’ai quand même mes quelques routines indispensables à ma survie : après avoir déposé les filles, j’accorde 30 min au rangement de la maison pour ne pas me laisser déborder:  lits, machine à laver, rangement petit-dej… 

Que ce soit pour le boulot ou par la maison, j’ai un bloc-note avec chaque jour de la semaine sur lequel j’inscris toutes les tâches à faire (bleu ferme, rouge maison). La tâche est reportée tant qu’elle n’est pas barrée. 


Nous utilisons un agenda partagé sur téléphone. 


Pour les repas, c’est plutôt Guillaume qui cuisine. Je fais les courses entre plusieurs conduites le mercredi ou le samedi. Pour le reste, goûter maison tout ça tout ça, on y est pas encore ! 

Conseils ou choses à ajouter

Faites-vous confiance, suivez votre instinct, osez, soyez heureuse et mettez y un grain de folie ! 


Un grand Merci Maud d’être venue témoigner ici de cette vie peu commune que vous avez choisie. Encore une fois, merci aussi les réseaux sociaux qui permettent ces folles rencontres.

Pour découvrir l’interview de Clémence, maman et modéliste en free-lance, rendez-vous ici.

A très bientôt pour de nouvelles découvertes chez Polymères.

Pascaline

3 thoughts on “Témoignage de Maud, paysanne et fière de l’être.

  1. Bonjour, Je découvre avec beaucoup d’intérêt le parcours de Maud. Je suis moi-même paysanne avec mon mari sur une ferme laitière en Savoie et deux petits lutins (3 et 5 ans) plus souvent en cotte de travail qu’en chemise repassée 😉 Depuis le mois d’octobre, comme mon mari était dans un certain état d’épuisement, surchargé de travail, j’ai pris en charge la traite des vaches deux fois par jour. Tout un défi cette nouvelle organisation (je n’avais plus trait depuis la naissance des enfants)… Avec une réflexion de fond sur tout le fonctionnement de la ferme. Après 5 mois, quelques résultats encourageants…
    Par contre, il n’y a dans mon entourage aucune autre maman d’enfants jeunes et agricultrice… Ca me manque un peu. Mais les paysannes du village, d’un certain âge ou d’un âge certain, sont des femmes extraordinaires !!! Je suis souvent impressionnées du travail qu’elles ont accompli à leur époque !

    Merci pour cette belle découverte !

    Aude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top