Pour toi, mère de famille fatiguée !

Pour toi, mère de famille fatiguée !

Et bien je te comprends, je te reconnais et je te prends dans mes bras, tu n’es pas seule et ce n’est pas grave!!! ( De l’art de résumer un article en une phrase!!!)

Je suis fatiguée…

Il est 4h du matin, ma dernière est toute pleine de microbes et je suis fatiguée! Rares sont les nuits complètes et réparatrices.

Et vous, si vous avez des enfants, vous vivez ces situations, vous connaissez aussi ce problème (j’avais noté « de jeunes enfants » mais je crois qu’à tout âge, ils nous donnent des raisons de ne pas dormir donc je me suis ravisée. Maman, ai-je bien fait?).

Ma fatigue s’instille insidieusement jusqu’à la moelle de mes os. Elle me donne l’impression d’avoir une perpétuelle gueule de bois lorsque je me lève le matin. Elle amenuise ma patience et approvisionne mes placards en chocolat de toute sorte (la garce)!

Je pourrais presque lui donner un nom, la personnifier car elle vit avec moi au quotidien depuis…8 ans.

La fatigue, joie incluse dans le kids’ package!

Nous, mère de famille, souffrons de fatigue chronique, parce que nous nous levons entre 1 et 20 fois certaines nuits.

Si vous ajoutez à cela le changement de saison, le froid qui s’installe, nos états émotionnels, des événements de la vie, la fameuse charge mentale etc…le cocktail est détonant donc oui!!! Nous sommes fatiguées!

Et qu’importe que nous ayons 1, 2 ou 10 enfants! Ne pas dormir, c’est ne pas dormir et c’est pareil pour tout le monde (même si à l’évidence, certaines personnes sont plus endurantes que d’autres.)

Je suis fatiguée mais…

Cependant, je n’en souffre plus, ou tout du moins pas de la même façon qu’avant (pourtant je vieillis mais je deviens plus philosophe avec le temps).

Je suis fatiguée mais je ne suis pas épuisée.

Mes forces pour mes enfants sont insoupçonnables, mes limites pas encore atteintes, je suis une pro de la course de fond. Mon corps est ce qu’il est mais il est vaillant (cf mon article « A Corps Perdu« ) et surtout, surtout je vois cette fatigue comme un don, un cadeau fait à mes enfants, toutes ces heures passées à les bercer, à les consoler, à les nourrir!

La lumière au bout du tunnel des nuits hachées

On peut partir du principe, apaisé, serein, que ces réveils nocturnes pour cause de cauchemars, de toux, de biberon à préparer, de tétée à donner sont et resteront d’actualités jusqu’à ce que nos enfants aient environ 5-6 ans, âge auquel j’observe une amélioration: lumière au bout du tunnel!

Je me revois, éveillée toutes les heures parfois, donnant le sein à moitié endormie, pleurant avec mon nourrisson dans les bras parce que punaise!!!! j’avais l’impression que cette fatigue aurait raison de moi. J’aurais donné n’importe quoi certaines nuits pour enchaîner juste 3 heures d’affilé.

Même si je vous le redis, lorsqu’ils grandissent, nous restons des parents inquiets. Nous guettons leur retour le soir, nous nous faisons un sang d’encre sur le choix, amoureux, professionnel etc…c’est comme ça, cela ne fini jamais vraiment.

Cette vigilance fait partie du package reçu à leur naissance et cela participe à la beauté d’élever des enfants.

Ceci étant dit, il nous faut trouver des façons de compenser , quand même…pour éviter justement le trop plein, le corps qui lache et les mots alarmants.

Comment vivre avec cette fatigue ?

Pour vivre sereinement avec cette fatigue, il nous faut mettre en place au quotidien des petites choses pour se reposer autrement qu’en faisant des nuits complètes .

Parce qu’encore une fois, c’est comme ça! Ce n’est pas grave, c’est ok (sauf exception nous le verrons plus loin), on peut recharger les batteries d’une autre manière!

Je vous donne ici mes 8 idées/astuces pour gérer cette fatigue.

1- Accepter sa fatigue

Bon, nous venons d’en parler! De toutes façons, elle est là!

Parce que nous avons des enfants donc pleurer sur notre triste sort ne servirait à rien (si! Cela soulage de temps en temps quand même!), cela n’a aucun effet soporifique sur notre progéniture, progéniture qui peut même avoir tendance à en rajouter une louche…l’empathie? connais pas quand j’ai 4 ans.

2- Se coucher tôt

Plus facile à dire qu’à faire!!! En réalité lorsqu’ils sont couchés, on a envie de profiter de notre soirée pour pouvoir faire nos « trucs » et se retrouver à deux sinon cela donne l’impression de passer à coté de sa journée non?

Mais si nous essayions simplement de décaler notre coucher d’une demi heure en se créant un rituel qui exclu COMPLÈTEMENT tout écran !!! Une bonne douche, une huile à masser sur le visage, une tisane, un bouquin et zou!

Pas facile hein? Étonnamment si je me couche avec un bon livre, je sombre au bout de 3 lignes mais je peux rester des heures à naviguer sur Instagram.

3-Faire la sieste

Bon ça, c’est prouvé scientifiquement, 20 min de sieste dans la journée fait le plus grand bien!! Petit article de BFM à lire par ici car très intéressant sur le sujet: la sieste permet de diminuer le risque de problèmes cardio-vasculaires, de limiter le stress, de récupérer de courtes nuits etc…

4-Ne pas se mettre la pression/ lâcher du lest.

Faut-il vraiment préparer des plats mijotés à 7h du matin, lorsque l’on est crevé ou briquer sa maison à 21h, se battre pour le choix des vêtements?

Sortir un bon petit plat surgelé et regarder une série apporteront moins de stress et les kids seront très heureux avec un sachet de frites au four de temps à autre.

survivre à sa fatigue

Une femme de ménage ou de l’aide pour le repassage changent aussi la vie, même si ce n’est que pendant quelques semaines (En rentrant de la maternité par exemple…je dis ça comme ça!).

4-Faire du sport

Là encore, aucune révolution dans mes propos.

La pratique d’un sport permet de faire le vide, d’évacuer tensions et stress et de remplacer la fatigue nerveuse par de la saine fatigue physique. Ce qui favorise un bon endormissement à défaut d’assurer un sommeil sans interruption (toi même tu sais!).

5-Prendre du temps pour soi, se ressourcer autrement

Sortir avec des amies, lire un bon bouquin, aller au resto, commencer la cousette pour laquelle on a acheté du tissu il y a déjà 2 ans…écrire, écouter de la musique. Pour soi et rien que pour soi….remplir son réservoir de calme et de bonnes énergies!!

6-Faire une petite cure de quelque chose

Je vais prendre mille pincettes parce que je ne suis pas médecin et je ne vais rien vous conseiller en particulier. Votre pharmacien ou médecin de famille le fera très bien.

Il existe mille et une cures possibles, à base de vitamines, de plantes, d’ampoules, de gelée royale, de tisane et autres!!!

Personnellement, il est hors de question que je tombe malade. Pour booster un peu mes défenses et ma carcasse, je prends des compléments alimentaires/vitamines tous les matins et pour le moment, c’est concluant!

7-Passer le relais

S’offrir 24h, 48h ou même une semaine de pause de temps en temps. Loin des enfants, sans contraintes et avec un lit confortable!!

Ce n’est pas toujours évident de confier sa progéniture surtout lorsqu’elle commence à devenir conséquente mais c’est tellement bénéfique que cela vaut le coup de se casser un peu la tête. Et de solliciter parents et amis qui seront sans doute ravis de vous rendre ce service.

8-S’observer et ne pas se mettre en danger, demander de l’aide en cas de grosse fatigue/déprime

Bien entendu, il faut se faire aider si vraiment vous sentez que ça ne va plus. Sans honte et sans gène.

Nous ne sommes pas des sur-femmes et tout le monde peut flancher à un moment de sa vie. Dans ce cas, il faut demander de l’aide. Cela m’est arrivé après une naissance. Et je remercie la famille et les amis qui m’ont aidé à passer le cap et à reprendre le dessus.

Parfois la fatigue est telle qu’il est impossible de passer outre. Si le sujet vous intéresse, filez lire cet article qui vous expliquera où, comment et pourquoi trouver de l’aide.


J’espère que ces 8 astuces pourront vous être utiles.

Comment vivez-vous cela vous-même? Quelles sont vos tips?

Bel après-midi, je file faire la sieste!!

A bientôt. P

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :