Entrevue #15: Pauline, maman de 4 et créatrice d’entreprise

Entrevue #15: Pauline, maman de 4 et créatrice d’entreprise

Alors Pauline et moi-même avons une histoire!

J’ai eu la chance de la découvrir en premier lieu grâce à son projet entrepreneurial qui m’a vraiment convaincu, avant de la rencontrer elle-même pour elle-même.

Nos conversations ont été une belle et fructueuse source de remise en question, j’admire son choix et son courage et je suis très contente de vous la présenter aujourd’hui!

J’ai ajouté une rubrique à cette interview, un espace de conseil sur les lieux à voir et activités à faire avec les enfants, pour que nous puissions toutes piocher des idées, vous me direz si la chose vous plait?

Pour découvrir son univers, place à mon entrevue avec ma nouvelle invitée.

Bonjour, peux-tu te présenter?

J’ai 36 ans et je vis à Chatou, une ville de la banlieue ouest de Paris.

Comme beaucoup de banlieusards, je ne suis pas du coin car je suis originaire du Gard. J’ai été élevée avec les tomates gorgées de soleil comme dirait mon mari. Lorsque je reviens chez moi, je suis ‘la parisienne’ et ici je traîne un petit accent chantant et un franc parler qui intriguent les gens. 

J’ai hérité du tempérament paternel : dynamique et volontaire, je frise l’autoritarisme par moment.

J’ai souvent une idée assez précise de la façon dont les choses doivent être faites et si je suis exigeante envers moi-même … Cela a aussi quelques effets collatéraux sur mon entourage. Sous ce tempérament de feu, se cache une petite personne en réalité assez sensible … Qui ne ménage pas ses efforts pour sa famille au sens large. 

Ma vie professionnelle a une grande place dans ma vie.

Pas forcément par ambition mais parce que j’adore travailler et que c’est une vraie source d’épanouissement pour moi. Après une dizaine d’années dans une grande entreprise française de cosmétiques, j’ai décidé de monter ma boite et me voilà partie dans l’aventure de l’entrepreneuriat depuis déjà 8 mois.

Il y a des hauts et des bas mais c’est dingue tout ce qui s’est passé durant ces quelques mois et je suis super heureuse de tout ce que j’apprends chaque jour, des rencontres que j’ai faites et de ce qui se construit petit à petit. 

Et présenter ta famille ?

C’est d’abord la rencontre de 2 personnes que rien ne prédestinait à se rencontrer … Si ce n’est les études ! Nous nous sommes rencontrés en Ecole de Commerce et … nous voilà à 10 ans de mariage.

Je n’envisageais pas de ne pas avoir d’enfants mais il m’a fallu un peu de temps pour me faire à l’idée … Je n’avais jamais fait de babysitting, je n’avais aucune copine avec des bébés et j’avais une vie sociale et professionnelle bien remplie.

Et puis un jour ce fut le moment et là tout a changé. 

Je suis devenue maman, il y a 8 ans, dans des circonstances très difficiles car Gautier est né par surprise avec plus de 2 mois d’avance. Heureusement que je n’avais pas réfléchi à ce que serait la naissance et les mois qui suivraient … J’ai donc été séparé de mon fils pendant plus de 2 mois en faisant les A/R à l’hôpital tous les jours. Ce fut une très grosse épreuve pour nous avec beaucoup d’incidences dans la durée … 

Deux ans plus tard, nous avons accueilli Adrien (aujourd’hui 6 ans) qui est né également très grand préma (encore plus petit) !

Nous avons vécu dans un tunnel pendant deux années de plus avec très peu de sommeil, des enfants assez grognons et des rendez-vous médicaux à répétition. Mon mari travaillait énormément et pour la première fois, j’ai décidé de réduire mon temps de travail pour alléger un peu la pression du quotidien. 

A l’époque nous habitions Paris et étions adeptes du square à 8h du mat’ avec deux petits gars très très dynamiques. Paris aura eu raison de nous et c’est comme ça que nous avons débarqué à Chatou pour avoir plus d’espace et un petit jardin, quitte à faire plus de trajets tous les jours pour aller bosser. 

Nos parcours nous ont permis d’apprécier encore plus la chance que nous avions d’avoir deux petits gars aussi merveilleux. Et c’est comme cela que trois ans plus tard, Nathanaël est né. Quasi à terme, il nous a permis de nous réconcilier avec la maternité mais aussi avec notre capacité de parent. Tellement plus simple un bébé en bonne santé ! Nous y avons pris goût et 18 mois plus tard un quatrième petit gars est venu agrandir la fratrie. Lucien, notre petite Lulu à nous. 

Une longue introduction mais qui a son importance dans notre histoire de parent, dans l’histoire de chaque enfant et de la fratrie. 

Gautier est un grand gars extrêmement sensible qui donne un peu le ‘la’ dans la famille. Il peut être aussi charmant et attachant que susceptible et colérique. Il parait qu’il a tout à fait mon caractère ! A côté de cela, il se passionne de toutes choses et a des périodes où il n’y a plus que cela qui compte (les minéraux, les cartes Pokemon, les Harry Potter …).

Adrien incarne la joie de vivre. Pour nous c’est comme s’il appréciait chaque jour cette chance de vivre. Il est câlin, attentionné et a beaucoup d’imagination. Il a parfois du mal à trouver sa place avec un grand frère au caractère bien trempé.

Nathanaël est vraiment différent des autres. Il est beaucoup plus calme et nous surprend par sa capacité à suivre les règles. C’est assez bizarre pour nous même si très appréciable. Au contact des aînés, il commence à se forger un petit caractère et un petit humour tellement craquant. 

Et Lulu c’est la tornade de la maison. Il est parfois incontrôlable et sait vraiment ce qui veut. Il a une phrase fétiche « veut pas ».  Le problème c’est sa bouille trop mignonne qui nous fait presque craquer à tous les coups…

Quel est ton travail?

Je travaille depuis plusieurs mois à la création d’un nouveau concept d’aire de jeu urbaine pour les enfants.

J’ai d’abord passé du temps pour transformer l’idée qui m’a donné envie de quitter ma vie salariée en un concept viable (c’est à dire qui trouve sa clientèle tout en étant économiquement rentable).

Désormais, je suis dans une partie plus opérationnelle car je travaille sur la première implantation du concept. C’est super excitant de revenir à mes tout débuts professionnels : recherche de locaux, architecte, travaux …

Mais si je suis animée par la flamme entrepreneuriale, il y a aussi cette mission qui me porte. Créer un lieu ressource pour les familles. Des jeux qui permettent à l’enfant de rêver et de développer sa créativité. Un espace où les parents passent aussi un bon moment. Un service de périscolaire où le bien être de l’enfant est primordial tout en proposant un fonctionnement très souple pour les parents. 

Cette nouvelle aire de jeux s’appellera Les Polinsons. Un invitation à la découverte et à l’aventure avec un petit esprit espiègle ! 

Peux-tu nous parler de ton chez-toi?

Nous habitons une maison de 1850 dans laquelle il y a une âme.

On l’a tout de suite aimé pour son esprit « maison de vacances ». Et puis comme on aime bien les projets, on n’a pas pu s’empêcher de faire quelques travaux ! Et on s’en est mis pour plusieurs mois de chantier …

A défaut d’avoir des talents pour la déco, on avait envie d’aménager de manière plus fonctionnelle notre quotidien. Alors on a fait de la cuisine la pièce centrale de la maison. Car chez nous c’est un peu là que tout se passe ! 

Quelques questions sur la gestion du quotidien

Quelles sont tes routines, astuces d’organisation et as-tu des objets indispensables au bon fonctionnement du quotidien ?

On ne peut pas vraiment parler de routine au quotidien.

Evidemment il y a le rythme de l’école et la garde de Lucien (crèche et nounou) mais les semaines varient aussi en fonction des activités des enfants et de nos agendas à nous. 

Il y a quatre ans alors que nous étions sans cesse en déplacement et perpétuellement à gérer des problèmes de garde, nous avons décidé de tenter l’expérience de la jeune fille au pair. Ce fut une expérience géniale pour toute la famille et depuis nous accueillons chaque année une nouvelle au pair. 

C’est la meilleure idée que l’on est eu car les enfants y sont très attachés, comme un membre de la famille. Et cela nous a permis de gagner beaucoup en sérénité au quotidien. 

Astuces d’organisation, notamment pour les plannings / activités/repas/participation de chacun

Pour que la communication se passe bien et que tout roule je fais chaque semaine un planning avec le détail pour chaque personne de la famille des événements particuliers : qui emmène les enfants à l’école le matin, les éventuelles sorties en soirée, les compétitions de sport, les invitations de copains …

Une fois que c’est fait, je suis libérée pour la semaine et cela évite plein de messages de synchronisation sur qui fait quoi. Je l’affiche sur le frigo comme ça tout le monde peut s’y référer. Et les garçons aiment bien le regarder. 

Gestion des menus et des courses, où trouves-tu des idées ?

Depuis quelques temps j’ajoute à mon planning hebdomadaire les menus.

Au début je trouvais ça assez flippant. Je me disais que j’étais vraiment entrain de basculer dans la version maman ultra organisée. Mais force est de constater que c’est top.

Je m’y suis mise au départ car j’avais lu que c’était une bonne pratique pour se mettre au zéro déchets.

Et effectivement, je pense qu’il n’y a pas mieux de ce côté-là et j’y ai trouvé beaucoup d’autres avantages. J’y pense une fois pour toutes, ce qui me décharge énormément et on mange super bien.

De fait, je fais les courses une fois par semaine selon les menus. Il m’arrive de racheter des petites choses le mercredi notamment des fruits qui ne tiennent pas la semaine. A 7, tout part à une vitesse folle. Je fais des courses de fond de temps en temps avec le vrac aussi.

J’ai parfois l’impression de faire des courses tout le temps. Ce qui je pense n’est pas qu’une impression … mais lorsque l’on ne mange quasi plus de produits fabriqués c’est assez logique. Pour les menus c’est assez mécanique. Le soir en semaine je ne fais pas de viande ni de poisson puisqu’ils en ont eu à la cantine alors j’essaie d’être un peu fun malgré tout mais avec des légumes et des féculents. Et lorsque le plat est plus classique comme une soupe je complète avec un dessert plus gourmand (riz au lait, flan …). 

Les soirs où ils sont nazes, je prévois des menus rapides qui font l’unanimité et je fais tourner de temps en temps les menus conviviaux : pizzas, crêpes, raclette …pour le vendredi soir. Mais globalement les enfants mangent super bien et les repas sont des moments importants dans la famille. Sûrement parce qu’ils nous voient beaucoup cuisiner et que l’on aime bien manger nous aussi ! 

Depuis que je travaille sur mon propre projet j’ai beaucoup plus de liberté dans mon organisation. J’ai gardé le même rythme, 4 jours sur 5 avec le mercredi avec les enfants. Je rentre plus tôt deux soirs par semaine pour les devoirs. Et puis je peux désormais assurer le rendez-vous chez l’orthophoniste. C’est un moment que les enfants adorent (enfin surtout ceux qui ne sont pas concernés par l’orthophoniste !).

Ce jour-là, ils ne déjeunent pas à la cantine (ce qui en soi est une raison de se réjouir) et nous pique niquons dans le parc juste en face. Nous avons constaté que le jeudi il fait toujours beau ! (oui oui même en plein hiver …

Même si c’est cool de pouvoir être en back up en cas d’imprévu, je m’investis beaucoup dans la création de ma future entreprise. Et quand je pars bosser, j’essaie d’être super productive même si je n’ai plus l’encadrement de la grosse boite. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je ne travaille pas de la maison pour éviter de m’y mettre à 11h après avoir remis en état la maison, préparé le repas du soir … 

On termine toujours la journée avec la lecture du soir. C’est absolument incontournable. Lorsque je suis seule c’est parfois un challenge pour s’adapter aux envies de chacun. Mais comme c’est le pré-requis d’un coucher réussi, j’essaie autant que possible que chacun profite de son petit temps avec moi ou avec mon mari lorsqu’il est là. C’est autant de temps de gagné après … 

Nous avons eu en fonction des périodes des rituels du dimanche soir avec un apéro-dînatoire / recyclage de restes sur la table basse du salon. Mais avec Lulu la tornade, nous avons un peu revu le programme car cela se terminait un peu trop souvent en drame. 

Cela dit le week-end, on trouve toujours un moment pour faire un repas un peu plus festif avec des jeux ou de la musique. Ils adorent par-dessus tout l’ambiance boum où on chante et danse tous ensemble. Génial sur le moment mais terrible lorsqu’il faut aller se coucher. 

Des objets indispensables au quotidien ? 

Mon nouveau robot de cuisine dans lequel nous avons investi quand nous avons décidé de faire tous les gouters … et d’ailleurs les stocks de pots de yaourts qui vont avec.

Je suis aussi un peu trop accroc à mon téléphone dans lequel j’ai un peu tout … mais que je perds en permanence.

Et mon sac à main qui déborde de trucs en tout genre mais dans lequel il y a un peu la solution à tout. 

Schéma familial/principes d’éducation

Était-ce un projet d’avoir une grande famille ?

Dans ma vie de manière générale, je ne suis jamais vraiment projetée dans l’avenir.

Et avec mon mari, nous n’avons jamais fait de plans sur notre future famille. On a vraiment fait au fur et à mesure. Ce qui est vrai c’est que l’on a y a pris gout. Et que moi en particulier après chaque naissance, j’avais déjà envie d’un nouvel enfant. 

Quels étaient tes principes d’éducation primordiaux avant d’avoir des enfants ? En as-tu abandonnés ou découverts ?

Concernant l’éducation que l’on donnerait à nos enfants c’est pareil. On n’a jamais eu de discussion avant sur ce que l’on ferait ou sur ce qui serait important pour nous. On a fait petit à petit et on a appris au fur et à mesure. Sans se le dire vraiment, leur bonheur est ce qui guide nos choix. Voir nos enfants heureux c’est ce qui compte le plus pour nous. 

Et comme cela n’est pas toujours le cas … on se pose beaucoup de questions sur la façon de gérer certaines situations. Comment gérer les colères ? Les aider à se sentir bien à l’école ? Comment ne pas être jaloux en permanence ? …  

Nous jouons et rions beaucoup avec eux, ce qui nous permet d’avoir beaucoup de complicité. Mais cela peut parfois brouiller les cartes sur les limites et le respect. Nous apprenons à mettre le curseur pour leur permettre de grandir en sécurité tout en gardant cette proximité à laquelle on tient. 

Le manque de respect est la frontière à ne pas franchir. Mais en dehors de cela nous avons à cœur de rendre leur enfance pleine d’expérience et de liberté. Alors nos enfants ont dû mal à tenir en place, ne pas couper la parole, parler doucement … Et c’est parfois fatigant même pour nous !

Mais ils sont aussi plein de vie, d’idées et d’imagination. Ils sont curieux et s’intéressent beaucoup à ce qui se passent autour d’eux. Avec le temps on a pris confiance en nous et on s’est détaché du regard des autres pour faire ce que l’on sent le mieux. 

Nous avons le sentiment que les journées sont assez exigeantes pour les enfants. Ils se lèvent tôt, restent longtemps assis, suivent le rythme dans un environnement parfois bruyant … Alors le soir et le mercredi, il est important pour nous qu’ils aient un champ de liberté pour jouer, courir, traîner dans le jardin ou ne rien faire … Et tant pis s’ils n’ont pas le super look et les cheveux en l’air. Quoi qu’il en soit le dimanche tout le monde passe au lessivage général !  

Et puis s’il y a bien quelque chose que l’on a appris, c’est que rien n’est figé.

Certaines choses fonctionnent puis ne fonctionnent plus. Il y a des jours où tout le monde est joyeux ou d’autres dès 8h où ils se disputent pour rien. Il faut essayer de prendre du recul. Et quand le réservoir de patience est vide. Il m’arrive de leur dire ouvertement que ça y est le réservoir est vide et qu’il est possible que je me transforme en dragon.

Le week-end, avec mon mari, on se relaie pour aller s’isoler et passer le relais lorsqu’on sent que l’on rentre dans un cercle vicieux avec un de nos enfants. 

Spécificité de l’éducation des “grands”?

Avec les « grands » nous avons passé des moments de grands avec eux deux.

Pour fêter le début des vacances, nous sommes allés au bowling. Je ne vous dis pas la joie. Et nous avons fait un grand voyage en Egypte. Nous avons toujours adoré voyager et nous n’avons jamais arrêté avec les enfants mais force est de constater que cela n’aurait pas été agréable pour les plus petits. 

Arrives-tu à consacrer du temps à chacun ? Comment ? Est-ce formalisé ?

Je trouve que c’est un défi permanent de trouver du temps pour chacun.

Les grands ont parfois l’impression que l’on s’occupe surtout des petits les soir car eux sont autonomes. Et lorsqu’on s’intéresse à eux c’est pour les devoirs… Alors on essaie de trouver des petits moments à côté pour une lecture, un jeu, du sport. Mais je trouve que c’est quand même un challenge permanent. Cela reste mathématiques. Ils sont 4 et nous sommes 2 ! 

Et puis ils sont champions du bazar dans la maison … Et même si petit à petit il y a du mieux, ils ont un peu un poil dans la main. Mais on reste confiant. Car ça aussi c’est mathématiques. A 6 ça va plus vite et c’est autant de temps libéré pour passer des moments sympas. 

Ils adorent les défis alors régulièrement lorsqu’il y a un truc qui pêche … on en profite le dimanche soir pour lancer un challenge. On essaie d’être en équipe, nous inclus. Tout le monde gagne ou tout le monde perd. Et bizarrement ça marche super bien.  

Gestion de crise

As-tu des trucs et astuces pour désamorcer les moments de “crise” à la maison? Pour maintenir l’équilibre dans la fratrie?

Comme tu l’auras compris ce n’est pas toujours la mélodie du bonheur à la maison. Loin de là.
Je ne suis pas de nature calme et posée donc cela doit sûrement y être pour quelque chose ! 

Nous avons testé la version strict et autoritaire, genre « je ne pers pas la face » et clairement ça ne fonctionne pas.

On laisse passer ou ignore des petites choses. Quand il y a une vraie crise je n’ai qu’un mot d’ordre c’est l’isolement.

Inutile de rentrer dans de grandes conversations qu’ils sont incapables de gérer, tellement ils sont en colère. Il va (vont) dans leur chambre et reviennent quand ils sont calmés. Lorsque cela se répète trop souvent on prend le temps après l’évènement pour comprendre ce qui ne va pas et décider ensemble de moyens à mettre en place pour que cela ne reproduise plus. 

Il y a un sujet qui est particulièrement épuisant ce sont les disputes entre eux qui déclenchent des cris, des pleurs et surtout de la violence. J’ai beaucoup de mal avec les bagarres. Pourtant je me rappelle qu’on se disputait beaucoup étant gamins et on s’adore aujourd’hui. Mais je trouve ce que c’est très pesant. J’ai du mal à ne pas intervenir pour les séparer. Et ils ont toujours un sentiment d’injustice. Je  compte beaucoup sur mon mari le week-end pour imposer sa figure d’homme. 

L’effet de groupe c’est un phénomène auquel je n’avais pas réfléchi avant (comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs !). Et il y a une vraie dynamique de fratrie à prendre en compte. 

Du temps pour soi/ questions plus personnelles

La création de ma boite est un temps pour moi en soi. Je le prends comme un job mais également comme un loisir tellement cela m’anime et me plait.

Je n’ai pas d’activités récurrentes sportives ou culturelles car les rencontres que je fais dans mon parcours d’entrepreneure me nourrissent beaucoup. Etant membre d’un groupe d’entrepreneures, j’assiste à des réunions inspirantes et ces partages me permettent de me sentir bien dans mes choix. 

Avec mon mari, nous tenons aussi à continuer à voir nos potes soit chacun de notre côté soit ensemble. J’ai vraiment besoin de continuer à voir mes copines et même si on a toujours du mal à trouver des créneaux on s’accroche. 

Je suis également investie dans une association d’aide aux parents d’enfants hospitalisés à la naissance : SOS Préma. Je suis devenue correspondante locale et j’anime des cafés-parents en service de néonatalogie pour apporter une petite respiration aux parents. 

J’essaie tant bien que mal de lire. Je suis dans un club bibliothèques avec des copines et cela me booste un peu à terminer mes lectures. 

Mais clairement le quotidien est bien rempli.

Après avoir dinés, il est souvent tard et on a plus envie de se regarder une petite série que de faire autre chose… On ne tarde jamais à sombrer pour attaquer des nuits qui sont très très souvent ponctués de visites. Je ne suis surement pas assez ferme là-dessus et j’en porte les conséquences. Vivement l’adolescence ! 

Nous sommes vigilants de se garder du temps pour notre couple. On aime bien improviser un verre ou un petit resto le soir en semaine à deux pas de chez nous. (merci notre jeune fille au pair !) Parfois le matin après avoir déposé les enfants, on s’offre un petit café ensemble. C’est improvisé et on aime bien.

Ce sont des petits moments par ci par là car on n’a personne pour garder les 4 et organiser des gardes séparées est une sacré logistique lorsque la famille est loin. On mise plutôt sur les vacances. On a essayé beaucoup de choses. Nous avons eu une expérience de dingue en club mais comme cela est devenu inaccessible en prix, nous préférons opter pour le format maison de vacances avec une tonne de jeux et une piscine. Les enfants adorent et nous aussi. 

Es-tu une maman connectée? 

Pas vraiment. J’ai découvert instagram lorsque j’ai commencé à bosser sur mon entreprise. D’ailleurs, une cousine qui a 10 ans de moins que moi m’a gentiment formé ! 

Je dois reconnaître qu’avec le temps je commence à apprécier. Je suis assez bon élève. Alors lorsque je vois que des comptes sont conseillés, je vais voir et comme ça je fais des découvertes sympas.

Mais je trouve néanmoins que j’y passe aussi du temps inutile. Temps dont j’ai l’impression de manquer …   

Je ne suis pas de blogs non plus, même si c’est une bonne source d’inspiration lorsque je cherches des infos. Pour les infos je préfère la radio. 

Quelques idées de lieux à découvrir et d’activité à faire avec les enfants?

En région parisienne

En France

Parmi nos expériences récentes réussies pour toute la famille : 

  • En bourgogne sur un week-end : Le château de Guédelon et St Fargeau
  • Le musée d’Alésia 
  • La Camargue : Aigues Mortes avec un circuit découverte dans la ville proposé par l’office du tourisme puis la visite des salins du midi en petit train (vraiment incroyable
  • En Normandie : les plages du débarquement : nos enfants sont archi fans d’Histoire et notamment de la Seconde Guerre Mondiale. Et surtout, on va chaque année à Blonville-sur-Mer qui est notre fief familial et que les enfants adorent (en toute objectivité!).  

A l’étranger


Nous avons continué à faire des voyages à l’étranger. Dans mon top, il y a le sud de l’Angleterre (le Kent), la Suède et l’Irlande. 

Et puis nous avons commencé à faire des voyages avec Gautier et Adrien uniquement et ils ont adoré ! Nous sommes partis à Rome puis en Egypte. 



Notre interview touche à sa fin, un immense merci Pauline pour toutes tes réponses si riches!!! J’ai hâte d’assister à la naissance des Polinsons (et de t’y envoyer mes enfants 😉, Merci de nous avoir confié en exclusivité le nom de ton concept!!!

Je vous encourage, bien sûr, à suivre et soutenir Pauline sur Instagram @paulinevizuete, vous y découvrirez son univers et l’avancée de son projet.

J’espère que vous apprécierez les quelques changements de cette nouvelle version de nos entrevues: les nouvelles rubriques sur le travail et sur les idées de sorties et activités à faire et voir en famille. Si vous avez des suggestions pour améliorer ce questionnaire, n’hésitez pas à m’en faire part, j’en tiens toujours compte et je mets un point d’honneur à répondre à tous.

Si vous n’avez pas encore découvert l’interview de Claire, je vous invite à la lire par ici. Et si vous souhaitez participer, n’hésitez pas à écrire un commentaire, un mail à l’adresse crazycocotte@yahoo.com ou un message sur Instagram (@crazy_cocotte)

Enfin (courage, on y arrive!), si vous voulez m’aider à faire grandir ce projet, partagez-le et parlez-en autour de vous!! Je vous mijote une belle nouveauté pour 2020!!!

A très bientôt

P

Back to Top